0

Grabesstern

Thriller, Heloise-Kaldan-Serie 3

Auch erhältlich als:
15,00 €
(inkl. MwSt.)

Lieferbar innerhalb 24 Stunden

In den Warenkorb
Bibliografische Daten
ISBN/EAN: 9783651000957
Sprache: Deutsch
Umfang: 384 S.
Format (T/L/B): 2.8 x 21.5 x 13.6 cm
Einband: Paperback

Beschreibung

Quand l'émigration devient la seule possibilité de survie de nombreux paysans français.1858. Las de manger des pierres à la sauce aux cailloux, Gervais quitte son hameau de montagne avec cinq de ses proches. Ils émigrent en Argentine, pays qui est à la recherche de bourreaux de travail et de bonnes reproductrices pour peupler un immense territoire. Ils recevront une terre, du bétail, des semences et un petit pécule en échange d'un engagement définitif. Sur place, ils s'égareront à plus d'un titre, partiront à la dérive, tout comme ceux restés au pays où les émigrants ont laissé un monde rural bouleversé par leur départ. Avec ses doutes, sa culpabilité, mais aussi sa volonté d'améliorer le quotidien des siens, Gervais pressent que la réussite de leur établissement passera par les femmes. Mais seront-elles assez solides pour survivre au déracinement, ou seront-elles comme ces végétaux qu'on ne peut arracher de leur sol natal sans les faire périr ? De part et d'autre de l'Atlantique, les personnages se débattent dans une aventure singulière et ardente où s'entremêlent conquêtes, intrigues et péripéties. Leurs voix tissent un roman prenant et émouvant qui peint les arabesques à la fois insensées et pleines de sens de notre condition humaine. La suite appartient à l'histoire de ces 220 000 paysans français qui ont quitté leur village pour aller retourner la terre de la pampa.Un roman brillant et émouvant qui aborde un thème toujours d'actualité : la fuite de la misère dans l'espoir d'une vie meilleure.EXTRAITDès le lendemain, l'agent de recrutement réunit les hommes, des paysans de montagne qui lui semblaient honnêtes. Ils les avisa que, si l'enclavement faisait qu'ils étaient retirés du monde, ils ne l'étaient pas de sa cruauté. Compte tenu de leur situation, ils feraient bien de quitter leur village pour aller "faire l'Amérique", ce qui ne leur évoquait pas grand-chose, mais paraissait fort loin.

Leseprobe